jeudi 23 février 2017

Lion - de Garth Davis

6,5/10 ★ Fiche de présentation du film :

LION

Un film australien de Garth Davis avec Rooney Mara, Nicole Kidman, Dev Patel, etc...
Genre : drame, aventure, biopic
Durée : 2h10 mn
Sortie en salles le 22 février 2017

Résumé :


Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta.
Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens.
25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village.
Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?
Présenté en sélection « Galas » lors du 41ème festival international du fim de Toronto 2016.
Six nominations lors de la 89ème cérémonie des Oscars 2017 : Meilleur film, Meilleur acteur de second rôle, Meilleure actrice de second rôle, Meilleur scénario adapté, Meilleure photographie, Meilleure musique

VOIR LA BANDE ANNONCE

Mon point de vue :

Slumdog Millionnaire faisant partie des meilleurs films que j'aie pu voir, il m'apparaissait incontournable que j'aille dès sa sortie, voir ce que la presse a appelé le ... "second Slumdog Millionnaire". Oui, c'est le même acteur, oui, il s'agit d'un film indien, oui, nous vivons un drame de vie inspiré d'une histoire vraie et en effet, les ... vraies images nous sont montrées mais... mais... ce n'est pas DU TOUT un second Slumdog ! Pas le même esprit, pas la même sensibilité, pas le même talent. L'ambiance, bien sûr, très bien retranscrite, mais ça s'arrête là ! Et bêtement encore une fois, je me suis fiée aux medias et je n'ai pas réalisé qu'il ne s'agissait pas du tout du même réalisateur ! Donc, le film n'a vraiment rien à voir avec ce chef d'œuvre qu'est Slumdog Millionnaire. 
Malgré tout, il a le mérite de retranscrire une histoire vraie invraisemblable et je me permettrais de faire le rapprochement avec le très juste livre de Delphine de Vigan "d'après une histoire vraie", dont je ferai la critique très prochainement : est-ce que le "vrai" accentue, valide ou garantit la valeur d'une œuvre ? Utiliser la vérité pour transmettre du rêve est-il nécessaire de nos jours ? Un grand débat...
Indépendamment, recentrons-nous sur le film. Le jeune homme joue juste dans son interprétation, l'émotion transpire et quelques larmes peuvent être déclenchées par certaines images. Nicole Kidman, à l'inverse, surjoue et ça sonne faux. Trop de drame dans son regard, ses larmes ou sa grande difficulté de vie, tue la véracité de ce qu'elle a voulu transmettre. C'est raté ! Par contre, l'ambiance indienne bine retranscrite, permet au spectateur de sentir la chaleur, l'oppression ou même la pollution de Calcutta par exemple.
Je regrette tellement de n'avoir pas pu le voir en V.O. Aucun cinéma ne le proposait en V.O. autour de chez moi, ça gâche tout ! Quelle erreur... Je suis déçue ! Mais je suis très exigeante ! Je le recommande quand même ... L'ambivalence des femmes lol
Il faut préciser qu'on ne voit pas passer les deux heures. Et j'aime l'Inde telle qu'elle nous est exposée. J'ai envie d'y aller faire un tour du coup...

vendredi 17 février 2017

La La Land - de Damien Chazelle

6,5/10 ★ Fiche de présentation du film :

LA LA LAND

Un film américain de Damien Chazelle, avec Ryan Gosling, Emma Stone, etc...
Genre : comédie musicale dramatique
Durée : 2h07 mn
Sortie en salles le 25 janvier 2017

Résumé : 

Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée, Mia, sert des cafés entre deux auditions.
De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance.
Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent…
Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

VOIR LA BANDE ANNONCE

Mon point de vue :
"Proche de la perfection" comme ils disent dans la bande annonce, c'est tout à fait exact. C'est tellement ... parfait que ça en perd de son émotion, de sa tendresse, de sa spontanéité. Nous faisons face à un pur produit américain comme ils savent si bien le réaliser, avec un talent hors pair. C'est VRAIMENT parfait. Voir le nombre de prix et autres nominations !
Je craque "complet" devant Ryan Gosling donc je ne pouvais pas zapper sa prestation exceptionnelle ... Certes, il a dû vraiment bosser comme un fou. Il paraît qu'il a appris à jouer du piano en quelques semaines seulement et il est exact qu'il donne le change. Emma Stone est tendre à souhait, brillante et émouvante mais... encore une fois mais... (je n'ose pas vraiment critiquer, c'est tellement chiadé, qui suis-je pour oser remettre en cause une telle œuvre ?) ben ça pêche du coup !
J'ai quand même réussi à me laisser totalement porter par le rêve et je suis totalement rentrée dans leur histoire, j'ai accepté la "perfectitude" fausse de leurs danses qui n'arrivent pas à la cheville de Gene Kelly et Debbie Reynolds dans "Singin' in the rain" bien sûr, car je VOULAIS apprécier et profiter du beau Ryan ! Il joue superbement. Il l'aime. La jeune fille est drôle. Tout fonctionne comme sur des rails super bien huilés ! On y croit... Il faut bien rêver... Mais encore une fois, après avoir vraiment tout donné pour entrer dans leur belle histoire d'amour mouvementée, la fin du film a totalement cassé mon entrain. Je ne comprends absolument pas pourquoi, après une telle épopée, le réalisateur nous impose cette minable fin qui, à mon humble avis de cinéphile amateur, ne convient pas, mais alors PAS DU TOUT à la suite qu'on attend - OU PAS - ! Qu'est-ce que c'est que cette daube ?! Non, franchement ça fout tout en l'air !
Ce qui m'énerve encore plus, c'est que j'ai adoré Whiplash, le précédent film de ce même réalisateur car c'est vraiment un excellent film...
Bref. Ça vaut quand même le coup d'aller le voir, n'exagérons pas non plus ... D'ailleurs, est-il toujours en salle ?
Heu, sinon la bande son est superbe ! Rendons à César...

Prix du Public au 41ème Festival International Du Film De Toronto 2016

Meilleure Actrice pour Emma Stone au 73ème Festival International Du Cinéma De Venise 2016

Lauréat de huit prix au Critics' Choice Movie Awards 2016 : "Meilleur film", "Meilleur réalisateur", "Meilleur scénario original", "Meilleure photographie", "Meilleur chef décorateur", "Meilleur Montage", "Meilleure Chanson" et "Meilleure bande originale"

Lauréat de sept prix aux Golden Globes 2017 : "Meilleur film de comédie ou comédie musicale", "Meilleur réalisateur" pour Damien Chazelle, "Meilleur scénario", "Meilleure acteur" pour Ryan Gosling, "Meilleure actrice pour Emma Watson", "Meilleure Chanson" et "Meilleure bande originale"

Quatorze nominations lors de la 89ème Cérémonie Des Oscars 2017 : "Meilleur film", "Meilleur réalisateur", "Meilleur scénario original", "Meilleure actrice" pour Emma Stone, "Meilleur acteur" pour Ryan Gosling, "Meilleur montage", "Meilleure chanson originale" (Audition et City of Stars), "Meilleure musique", "Meilleure photographie", "Meilleurs costumes", "Meilleur décor", "Meilleur montage sonore", "Meilleur mixage de son".

jeudi 16 février 2017

Rock N Roll - de Guillaume Canet

5/10 ★ Fiche de présentation du film :

ROCK'N ROLL Un film français de et avec Guillaume Canet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Philippe Lefebvre, Yvan Attal, Johnny Halliday, etc...

Genre : comédie
Durée : 2h03 mn
Sortie en salles le 15 février 2017

Résumé : 

Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux... Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas ... « très  Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la « liste » des acteurs qu’on aimerait bien se taper… Sa vie de famille avec Marion, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux, lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy…
Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage.


Mon point de vue :
La com' était telle... Guillaume et Marion dans un même film... Guillaume qui a ... fait le film ! Bon, ben pour une fois, on fonce, le jour de sa sortie et on est ... content de faire partie des x premiers qui l'auront vu dès sa sortie. Sauf que... Ben le début est très marrant, ça commence vraiment bien, c'est bien tourné, Marion crève l'écran, y'a pas d'autres mots. Je ne suis pas fan mais il faut reconnaître que c'est vraiment l'une des plus grandes actrices de ce siècle et on ne sait pas pourquoi mais ça délire ! Oui, on comprend bien pourquoi il en arrive à un tel excès dans la dernière partie du film. Il dénonce et on approuve mais c'est juste... pas bien fait.
Ça gâche le reste, le film dure trop longtemps, on ne rit plus et on se lasse... Qu'est-ce que j'étais déçue ! Je pensais voir un second "petits mouchoirs" et j'ai vu.. ben une petite comédie française quoi ! Ça 'casse pas trois pattes à un canard.


dimanche 8 janvier 2017

Les innocentes - de Anne Fontaine

8/10 ★ Fiche de présentation du film :

LES INNOCENTES
 
Un film français d'Anne Fontaine, avec Lou de Laâge, Vincent Macaigne, etc...  

Genre : drame
Durée : 1h55 mn
Sortie en salles le 10 février 2016
Présenté en avant-première au Festival de Sundance 2016

Résumé : 

Pologne, décembre 1945.

Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise.

D’abord réticente, Mathilde accepte de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher.

Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser...

C’est pourtant ensemble qu’elles retrouveront le chemin de la vie.

VOIR LA BANDE ANNONCE

Mon point de vue : J'ai lu que cette œuvre faisait partie des 10 meilleurs films de l'année 2016. Il passait sur Canal, c'était l'occasion de compléter mon palmarès. Et j'ai eu raison de vouloir le visionner.
Le sujet des religieuses enceintes après guerre, violées par les allemands, a déjà donné lieu à plusieurs films dont l'excellent Philomena de Stephen Frears sorti en 2013

Le sujet est poignant, la douleur est réelle, elle est ressentie au travers des actrices qui jouent brillamment. On s'interroge mais avec le recul, on comprend leur souffrance. Lou de Laâge est parfaite dans son rôle de médecin de la Croix Rouge. Elle sauve les religieuses grâce à sa volonté, sa présence d'esprit, son assurance et son courage. Cette histoire vraie, bien qu'arrangée, mériterait d'être diffusée afin de montrer à notre jeunesse ce que signifie les grandes valeurs comme l'engagement, le respect, l'oubli de soi, l'humilité et l'amour. Quel bouleversante expérience !

mardi 3 janvier 2017

Manchester by the sea - de Kenneth Lonergan

9/10 ★ Fiche de présentation du film :

MANCHESTER BY THE SEA

 
Un film américain de Kenneth Lonergan, avec Kyle Chandler, Michelle Williams, Casey Affleck, etc...  

Genre : drame
Durée : 2h18 mn
Sortie en salles le 14 décembre 2016

Résumé : 

Manchester by the Sea raconte l’histoire de la famille Chandler, famille de classe ouvrière du Massachusetts. Après la mort subite de Joe, son frère ainé, Lee découvre avec stupeur la teneur du testament de son frère. Or, Lee doit faire face à un passé tragique qui l’a séparé de sa femme Randi ainsi que de la communauté où il est né et a été élevé.

Présenté en avant-première au festival de Sundance 2016
Présenté dans la catégorie "Spécial Présentations" au 41ème festival international du film de Toronto 2016
Lauréat de trois prix aux Critics' Choice Movie Awards 2016
Meilleur acteur pour Casey Affleck
Meilleure jeune acteur pour Lucas Hedges
Meilleur scénario original

VOIR LA BANDE ANNONCE

Mon point de vue : Cet excellent film a su mêler tendresse, amour, souffrance et responsabilité avec brillo. Je n'ai pas été bluffée par la bande-annonce et le nombre d'étoiles important. Ce film est VRAIMENT beau. C'est une histoire tragique que l'on découvre avec stupeur au fur et à mesure du déroulement du scénario. On comprend alors pourquoi les premières images paraissent mystérieuses. On apprécie la justesse des rôles endossés par les différents personnages. Ils collent tous parfaitement à la situation. Aucune critique possible, c'est parfait. Certes, sortez vos kleenex si vous êtes aussi bon public que moi mais vous serez surpris de la vitesse à laquelle passe le temps devant cette belle histoire ! Laissez-vous porter par la beauté de ce conte.

samedi 26 novembre 2016

Moi, Daniel Blake - de Ken Loach

9,5/10 ★ Fiche de présentation du film :

MOI, DANIEL BLAKE

 
Un film britannique de Ken Loach, avec Dave Johns, Hayley Squires, Briana Shann, etc... 

Genre : drame
Durée : 1h37 mn
Sortie en salles le 26 octobre 2016

Résumé :


Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l'obligation d'une recherche d'emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Rachel, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d'accepter un logement à 450 km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Rachel vont tenter de s’entraider…
Palme d'Or du 69ème festival international du film de Cannes 2016
Présenté en avant-première lors du 27ème festival du film britannique de Dinard 2016
 
VOIR LA BANDE ANNONCE

Mon point de vue : J'avais pourtant été prévenue quelques minutes avant d'aller le film par des amis qui l'avaient visionné 2 semaines auparavant, j'ai regretté d'avoir oublié mon paquet de kleenex !

Quel génie ! J'ai vu tous les films de Ken Loach, donc j'y fonce toujours les yeux fermés. Cette fois-ci pas d'humour, ou si peu... Juste le compte-rendu acide d'une Angleterre victime de son système. On sent l'anti-Thatcher derrière les propos du réalisateurs dans la bouche des acteurs.
J'ai reçu son film comme une quille qui se prendrait la boule destructrice. Les acteurs y croient tellement, le jeu est si juste, la force qui se dégage de leurs situations dramatiques à la limite du supportable nous emporte au-delà de l'acceptable. C'est révoltant. Vous avez envie d'intervenir, d'expliquer, de hurler pour qu'ils se fassent enfin comprendre. C'est tellement injuste ! Vous ressortez de là complètement bouleversés. C'est presque trop ! On ne peut pas imaginer un tel désarroi dû à tant d'incapacité de la part des "responsables" ! Quel gâchis ! Que ce film serve de leçon à tous nos technocrates non concernés par les propres lois qu'ils font voter sans même être concernés par leurs conséquences pratiques !

Lorsque la salle entière reste scotchée à son siège sans décoller, c'est en effet que le film vaut le coup d'être vu ! Belle leçon de vie !

vendredi 11 novembre 2016

La femme gelee - de Annie Ernaux

8/10 ★ Voici la quatrième de couverture :

Elle a trente ans, elle est professeur, mariée à un "cadre", mère de deux enfants. Elle habite un appartement agréable. Pourtant, c'est une femme gelée. C'est-à-dire que, comme des milliers d'autres femmes, elle a senti l'élan, la curiosité, toute une force heureuse présente en elle se figer au fil des jours entre les courses, le dîner à préparer, le bain des enfants, son travail d'enseignante. Tout ce que l'on dit être la condition "normale" d'une femme.

 
Mon point de vue : J'ai adoré ce petit bouquin ! Comment aurait-il pu en être autrement ? Je suis femme, je suis mère de deux enfants, j'ai eu un mari qui travaillait toute la journée, parfois 6 jours et demi sur 7... Je ne peux que me reconnaître à travers ce descriptif merveilleux de la femme sensée être heureuse puisqu'elle ne "travaille pas" (même si elle travaille d'ailleurs c'est ça l'énorme paradoxe !). Ce livre recèle une foule d'informations pour les mères de famille qui s'apprêtent à devenir mère et donc à apprendre à tout concilier pour faire tourner (seule) la baraque, sans reconnaissance bien sûr, en souffrant silencieusement, mais en maintenant le cap tout en gardant le sourire puisque c'est ainsi que ça doit fonctionner !
Le plus de ce petit bouquin, c'est qu'il m'a juste rappelé l'époque de mon enfance, les termes utilisés ont été employés par ma mère ou ma grand-mère, les souvenirs sont revenus à la surface, j'ai pleuré, j'ai ri, j'ai compatis... Merci Annie Ernaux, vous m'avez ravie, vous m'avez replongée dans mes plus belles années tout en traduisant par écrit avec tant de talent, toute la souffrance des femmes à qui on impose un TRAVAIL, je répète T R A V A I L (voire deux !). Extraordinaire ! Aucun homme - je suis désolée messieurs - ne pourrait assurer comme nous le faisons !
Bonne lecture !

mardi 1 novembre 2016

V ALLER-RETOUR DE ST JACQUES - ECRASE DE POMMES DE TERRE AU PESTO DE ROQUETTE

V ALLER-RETOUR DE SAINT-JACQUES AU PIMENT D'ESPELETTE ET SON ÉCRASÉ DE POMMES DE TERRE AU PESTO DE ROQUETTE, CRÈME DE BALSAMIQUE
 
Temps : ★★★☆
Difficulté : ♣♣♧♧ 
Coût : €€ 
Saveur : ♥♥♥♥

INGRÉDIENTS POUR 2 PERSONNES
- 6 grosses coquilles Saint-Jacques
- 8 grosses crevettes ou gambas
- 2 grosses pommes de terre fermes "à purée"
- 1 sachet de salade Roquette
- 1 gousse d'ail
- De l'huile d'olive
- Quelques noix de beurre + 2 càs de crème fraîche
- du sel, du poivre, du piment d'Espelette en poudre et un moulin de cèpes secs
- Du confit de vinaigre balsamique

PROGRESSION

- Cuire les pommes de terre dans une grande quantité d'eau froide salée pendant environ 20 mn. Il faut qu'elles restent tendres mais encore assez fermes pour garder le côté "écrasé" et non celui de "purée"
- Préparer le pesto de Roquette pendant la cuisson des pommes de terre en lavant et séchant la moitié du sachet de salade
- Disposer les feuilles dans un robot avec la gousse d'ail râpée, du sel, du poivre, un soupçon de piment d'Espelette et suffisamment d'huile d'olive pour obtenir une crème onctueuse, soit environ 2 cuillerées à soupe
- Réserver

- Décoquiller les noix de St Jacques, bien les rincer et les sécher sur du papier absorbant
- Décortiquer les crevettes
- Faire fondre du beurre dans une poêle et les faire revenir 2 mn de chaque côté en les retournant souvent, il faut qu'elles soient juste poêlées à feu vif, pour qu'elles restent chaudes à l'intérieur mais cuites le moins longtemps possible
- Juste avant de les sortir de la poêle, saupoudrer de piment d'Espelette et donner quelques tours de moulin de poivre et de cèpes séché. Saler légèrement
- Réserver au chaud
- Chauffer les crevettes dans la même poêle, 1 à 2 mn environ
- Déposer les assiettes dans le four et les faire chauffer

- Égoutter les pommes de terre et les écraser à la fourchette avec peu de beurre et de crème fraîche
- Ajouter le pesto de façon à colorer la purée, comme sur la photo. Trop de pesto tuerait le mélange
- Sortir les assiettes du four et disposer la purée d'abord à l'aide de deux grandes cuillères puis ajouter les coquilles et les crevettes
- Disposer un ou deux traits de confit de Balsamique dans l'assiette et tâcher de présenter un peu mieux que moi... Ce ne sera pas dur ! Ajouter quelques feuilles de Roquette pour la déco.

On peut ajouter une sauce avec les sucs de cuisson de la poêle en ajoutant un peu d'eau et de crème fraîche. Bien battre à la fourchette pour faire mousser et verser immédiatement dans l'assiette
J'ai oublié d'ajouter deux demi-tranches de citron dans la purée. C'est ainsi que le plat avait été présenté dans le restaurant où j'étais allée !

dimanche 25 septembre 2016

Juste la fin du monde - de Xavier Dolan

9,5/10 ★ Fiche de présentation du film :

JUSTE LA FIN DU MONDE

  Un film canadien de Xavier Dolan, avec Nathalie Baye, Gaspard Ulliel, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel. 
Genre : drame
Durée : 1h35 mn
Sortie en salles le 21 septembre 2016

Résumé :
Après 12 ans d'absence, un auteur de pièces de théâtre retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine.
Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l'on se dit l'amour que l'on se porte à travers les éternelles querelles, et où l'on dit, malgré nous les rancœurs qui parlent au nom du doute et de la solitude.


Inspiré de la pièce de théâtre éponyme de Jean-Luc Lagarce
Grand Prix du 69ème festival international du film de Cannes 2016
Présenté dans la catégorie « Special Presentations au 41ème festival international du film de Toronto 2016

VOIR LA BANDE ANNONCE

Mon point de vue : C'est Xavier Dolan. Ces deux mots veulent tout dire. Ce film est un déchirement extraordinaire. C'est la retranscription parfaite du "je t'aime / je te hais / je crève d'envie de te le dire / je ne peux pas m'exprimer". Nathalie Baye est brillante. Je la savais excellente actrice mais là !... Elle crève l'écran, où a-t-elle pu aller chercher autant de talent !? Gaspard Ulliel est tendre à souhait, on souffre avec lui, Léa Seydoux a parfaitement intégré son rôle et le joue avec grande justesse. Marion Cotillard qui m'apparaît parfois un peu imbue, un peu précieuse, un peu surfaite nous montre ici qu'elle peut interpréter le rôle d'une tendre godiche avec brillo. Respect . Et pour terminer Vincent Cassel qui est égal à lui même lorsqu'il joue des rôles odieux. Sauf que là, Xavier Dolan n'a pas su capter le décalage de l'âge... Il est trop âgé pour ressentir et exprimer ses émotions avec autant de hargne, aussi peu de réserve et autant de violence. On s'adapte quand même, bien entendu, mais c'est moins crédible que si le rôle avait été interprété par un Benoît Magimel. Il aurait été parfait en fils détruit par sa vie, d'où le 9,5/10 au lieu du 10/10.

Ce drame est parfaitement orchestré. Je pense que celui qui a vécu de grandes souffrances familiales, essentiellement faute de non-dits, peut comprendre comment on peut en arriver là. Le message est transmis avec grande justesse. Oui, j'utilise beaucoup de superlatif mais ce film n'est qu'un superlatif de la souffrance affective, un débordement d'émotions et un douloureux constat d'échec.
Je n'ai pas aimé la fin mais pourquoi pas !? Comment pourrais-je juger du talent aussi exceptionnel de ce jeune homme qui deviendra le plus grand réalisateur de sa génération...

mardi 20 septembre 2016

Le mystere Henri Pick - de David Foenkinos

8/10 ★ Voici la quatrième de couverture :

En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef d'œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l'écrivain et apprend qu'il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n'a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète ? Auréolé de ce mystère, le livre de PIck va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n'était qu'une machination ? Récit d'une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu'un roman peut bouleverser l'existence de ses lecteurs.

 
Mon point de vue : Inutile de présenter cet auteur extraordinaire. David Foenkinos, c'est "je vais mieux", "Charlotte", "La délicatesse" interprété au cinéma par Audrey Tautou et François Damiens, ou encore "les souvenirs". Bref, incontournable. Avec le mystère Henri Pick, il nous surprend, il nous amuse (rares sont les auteurs qui me font éclater de rire quand je suis seule avec mon bouquin !), il nous monte une histoire rocambolesque autour du monde littéraire. Il cite nos chroniqueurs tant aimés ou les grands éditeurs qu'il côtoie, c'est vraiment un grand moment de plaisir. Bien sûr, il nous dresse son aventure tout en douceur, en la ponctuant de petits traits d'actualités ou d'humour non dénués d'intérêt. J'ai beaucoup apprécié. Si j'écrivais, si j'avais ce talent, si j'étais publiée... ce serait exactement avec ce type d'ouvrage ! J'adore !          
Merci Monsieur Foenkinos ne nous apporter autant de rêve. Bon, une petite critique négative, la fin n'est pas tout à fait celle que j'attendais. Je n'ai pas aimé. Elle est trop calculée, étudiée, pragmatiquement matérielle. On est déçus. Mais c'est peut-être le souhait de l'auteur, une chute au sens propre du terme. Il a raison, ça dérange, et on en parle. Donc, c'est réussi quelque part.
N'hésitez pas à le dévorer, vous aimerez, je le sais.