dimanche 28 août 2016

Pouvez-vous m'aider, amis internautes ?

Pouvez-vous m'aider ? Je ne sais vraiment plus quoi faire !

J'ai commandé un sommier chez un fournisseur de vente par correspondance très connu du nord de la France et ils se sont trompés lors de la livraison. Je me suis faite opérer le 11 décembre 2015 des deux jambes et il me faudrait un sommier qui se relève pour que mes jambes soient surélevées.
Or, il m'ont livré un sommier fixe qui ne se relève pas.
---> J'ai passé commande le 14 mai 2016.
---> Ils ont récupéré le sommier le 27 juillet 2016.
---> Nous sommes le 28 août 2016 et je n'ai toujours pas été remboursée des 343 euros, soit presque un tiers d'un SMIC quand même !

 Voici la lettre que je vais adresser demain matin à leur directeur :

-------------------------------------------

                                                    le 28 août 2016

Monsieur,

- Le 14 mai 2016, je commande un sommier articulé 27 lattes, soutien morphologique 7 zones Pretium 5 de BeCo, réf. 2296637, taille 120x200 cm à 284,49 € qui doit m’être livré (je cite votre mail du 14.05.16) sous 2 à 3 semaines. Les frais de livraison s’élèvent à 59 €. Je règle donc un montant global de 343,49 € via Paypal.

- Entre le 4 et le 8 juin je reçois un mail de votre part m’indiquant que mon colis a été pris en charge par le transporteur et que je peux suivre son acheminement en ligne.

- Je vous fait grâce des mails de … satisfaction que je reçois le même jour… 12 jours avant la livraison et 5 jours après, soit encore 4 jours AVANT la livraison !

- Je suis livrée par Mondial Relay le 16 juin 2016, soit plus d’un mois après ma commande alors que vous m’avez indiqué que je devais recevoir mon colis dans les 2 à 3 semaines.

- Je constate que ma livraison ne correspond pas à ma commande. Il est indiqué dans la description de l’article (je cite votre descriptif du lien suivant : je leur donne le lien exact) :

Sommier articulé 27 lattes soutien morphologique 7 zones
Tête et pieds relevables et réglables manuellement
A installer dans un cadre de lit
Adaptable à tout type de matelas sauf matelas à ressorts
Fabriqué en Allemagne.

STRUCTURE : Cadre en bois

SOUTIEN
27 lattes par couchage en long. 200 cm en bouleau multiplis certifié FSC® insérées dans embouts caoutchouc
2 x 6 curseurs de réglage de fermeté au niveau des lombaires
25 plots flexibles ( en 90 x 200 cm) en matière synthétique de qualité

HAUTEUR TOTALE : 8,5 cm env.

A SAVOIR
- Supporte (par couchage) :
120 kg maxi jusqu’au 140 x 200 cm
140 kg maxi à partir du 140x 200 cm


Je vous joins la photo pour plus de précision. Aucune ambiguïté possible : ce sommier se … relève !
    Or le sommier qui m’a été livré est FIXE. Il ne se RELÈVE PAS. Donc je vous ai donc téléphoné immédiatement pour demander que vous veniez reprendre le sommier livré à la suite d’une erreur DE VOTRE PART. La personne que j’ai en ligne note ma demande et me dit qu’elle s’occupe de contacter le livreur pour la reprise.

- Le 22 juin à 15h45 je vous rappelle car je n’ai aucune nouvelle de votre part, une conseillère me dit qu’elle se charge d’appeler Mondial Relay … immédiatement !

- Le 25 juin, lorsque je vous rappelle, vous subissez une panne informatique !

- Le 27 juin à 12.50 h puis à 13.05 h, après 5 appels infructueux, je tombe enfin sur une conseillère qui me dit qu’elle m’a envoyé un bon de retour par mail et que je vais donc pouvoir appeler Mondial Relay pour qu’ils viennent chercher le colis à la maison.

- Le 27 juin à 17.06 h, je reçois une confirmation d’enregistrement de mon retour et je dois imprimer l’étiquette de retour en suivant un lien, ce que je fais. J’appelle alors Mondial Relay qui m’explique que je deviens l’expéditeur et les 3 Suisses le destinataire (no comment…). Je leur communique le numéro du bon de retour.

- Le 4 juillet, toujours aucune nouvelle de Mondial Relay, donc je les rappelle. J’apprends avec stupéfaction que vous m’avez envoyé un bon de retour correspondant à … une livraison en point relais. À ce moment-là, je souris encore en imaginant la tête du libraire point-relais qui doit stocker mon sommier dans sa boutique ! C’est grotesque ! Je vous rappelle donc en demandant un bon retour « pris en charge par un camion à domicile ». La conseillère me dit qu’elle s’en charge immédiatement.

- Le 7 juillet, vous m’adressez un nouveau bon de retour que je dois imprimer.

- Le 8 juillet je rappelle Mondial Relay en leur communiquant le nouveau numéro de retour que vous m’avez adressé par mail la veille. Ils me disent qu’ils vont prendre contact avec moi pour convenir d’une date de rendez-vous pour la reprise.

- Le 12 juillet, Mondial Relay ne m’ayant toujours pas contactée, je les rappelle pour la 4ème fois et ils me demandent cette fois-ci le numéro de … dépôt qui ne figure sur aucun des documents dont je dispose. Là, je commence vraiment à me demander à quel jeu vous jouez avec vos bons de retour où figurent un poids de colis de ... UN KILO ! Pourquoi me faire tourner en bourrique de cette façon !? Votre conseillère Aïcha me dit qu’elle va « s’occuper du dossier » mais elle ne fait rien en fait !

- Encore le 12 juillet, j’arrive à trouver le numéro de l’agence dont je dépends et je tombe sur une jeune femme qui m’explique que vous m’avez ENCORE et pour la DEUXIÈME FOIS, renvoyé un bon de livraison pour un dépôt en point relais !

- Toujours le 12 juillet, je vous rappelle donc et je tombe sur votre conseiller Franck qui me dit « je fais remonter l’information » à la suite de ma réclamation.

- On est toujours le 12 juillet, l’agence Mondial Relay m’appelle pour me dire qu’ils vont vous contacter par écrit. Elle me dicte le texte qu’elle vous envoie par mail, demandant un bon de retour pour un CAMION puisqu’il s’agit d’un SOMMIER et non d’une paire de godasses ou d’une fringue de moins d’un kilo !

- Le 13 juillet, l’interlocutrice de Mondial Relay que je rappelle m’explique qu’elle se trouve face à un problème qu’elle ne comprend pas en affirmant que VOUS, avez … SUPPRIMÉ mon dossier informatique. Elle n’a plus accès au suivi de mon dossier !

- Le 15 juillet à 14.45 h, votre conseillère Sophie m’informe que la faute provient de Mondial Relay qui a pris un retard dans le traitement de ses dossiers. À ce moment-là, je comprends que vous commencez à vous moquer de moi. J’ai subi une intervention chirurgicale des deux jambes, il est impératif que mes jambes soient surélevées et vous me bloquez 343 euros, doit le tiers d’un mois de salaire depuis déjà deux mois ! Comme je commence à m’énerver (à juste titre vous le reconnaîtrez !), elle finit par me dire qu’elle va me faire une … faveur en me communiquant le numéro de reprise communiqué à Mondial Relay. Il s’agit du numéro 9100 4822.

- Encore le 15 juillet, je rappelle Mondial Relay qui m’affirme que ce numéro 9100 4822 ne correspond à rien du tout, que mon dossier a littéralement disparu et qu’elle ne voit vraiment pas ce qu’elle peut faire pour m’aider ! Je l’informe que je pars une semaine en congés et qu’on voit ça à mon retour.

- Le 25 juillet, je rappelle donc Mondial Relay qui me confirme qu’un de leur camion viendra chez moi récupérer (enfin !) le sommier mais me demande de vous rappeler pour la énième fois (je ne compte plus mes appels et leurs COÛTS !) en vous demander un bordereau de retour car eux, Mondial Relay, n’ont que le leur !

- Encore le 25 juillet, je vous rappelle donc pour vous demander ce fameux bon de retour. La conseillère se fout de moi en affirmant qu’elle a DÉJÀ envoyé un bon de retour (toujours celui qui nécessite un dépôt en point relais !). Quand je lui ré-explique qu’il est inscrit 1 kg sur son bon, elle me dit « en fait il n’est pas nécessaire d’avoir un étiquette de retour pour un colis lourd. » Alors POURQUOI Mondial Relay me demande de vous appeler pour que vous m’en fournissiez une ? Qui a tort ? Qui a raison ?
Elle me dit : « voici un numéro d’expédition : 006 10 56 315. Vous serez remboursée dans les 48 h. suivant les 12 jours ouvrés de délai de retour. ». Je note donc de vous appeler le 11 août si je n’ai pas été remboursée par vos soins via Paypal.

- Le 27 juillet, je reprends espoir, Mondial Relay vient récupérer le sommier sous emballage d’origine, intact donc et non déballé. Mais j’apprends par la jeune femme de Mondial Relay que le soi-disant numéro d’expédition que vous m’avez donné, correspond à mon numéro de … commande ! Là, c’est du foutage de gueule ! Vous m’excuserez pour le terme mais j’estime qu’on dépasse les limites de l’entendement à ce moment-là !

- Le 12 août, je vous appelle pour vous demander pourquoi je ne suis pas encore remboursée puisque vous m’avez dit que le remboursement devait avoir lieu entre le 12e et le 15e jour de reprise. Ça fait pile 15 jours aujourd’hui ! J’ai encore une réponse déviée qui me dit « c’est normal pour les gros colis, il faut compter 3 semaines. ».

- Le 18 août, toujours aucun remboursement, je rappelle la conseillère qui trouve ça toujours « normal » ! Je vous ai avancé l’argent le 14 mai 2016. 3 mois après vous avez toujours mon argent que vous pouvez faire fructifier et je n’ai pas ma commande ! Moi je ne trouve pas ça normal DU TOUT !

- Le 22 août, ça fait 26 jours que vous avez récupéré votre sommier et que vous ne m’avez pas remboursée ! Vous appelez ça comment ?

- le 26 août, ce jour donc, aucun remboursement n'apparaît sur Paypal. Je vais donc publier cette lettre sur Facebook, réseau social sur lequel je suis très active. Je vais bien entendu publier ce texte en « public » pour que tout le monde connaisse votre fonctionnement. Comme vous le remarquez ci-dessous, je donne bien entendu copie de cette lettre à mon avocat, comme je l’ai indiqué à votre conseillère lors de mon appel de lundi dernier. Je vous fais grâce de mon opinion quand à vos méthodes. Je pense que vous pouvez aisément l'imaginer.

J’exige que vous me remboursiez immédiatement.


---------------------


J'ai signé et j'ai mis en copie un avocat et les directeurs général et financier dont j'ai trouvé les noms sur Internet !
Que faire ?


Voilà comment je relève mon lit ... Avec une cale qui risque de glisser et de me casser un doigt de pied (en plus !) quand je dois faire mon lit !

mardi 23 août 2016

Toni Erdmann - de Maren Ade

7/10 ★ Fiche de présentation du film :

Toni Erdmann

Un film de Maren Ade, avec Sandra Hüller, Peter Simonischek, etc
Genre : comédie dramatique
Durée : 2h42 mn
Sortie en salles le 17 août 2016

Résumé :

Quand Ines, femme d’affaires d’une grande société allemande basée à Bucarest, voit son père débarquer sans prévenir, elle ne cache pas son exaspération. Sa vie parfaitement organisée ne souffre pas le moindre désordre mais lorsque son père lui pose la question « es-tu heureuse ? », son incapacité à répondre est le début d'un bouleversement profond. Ce père encombrant et dont elle a honte fait tout pour l'aider à retrouver un sens à sa vie en s’inventant un personnage : le facétieux Toni Erdmann...
Présenté en compétition officielle au 69ème festival international du film de Cannes 2016
Présenté dans la catégorie "Special Presentations" au 41ème festival international du film de Toronto 2016

VOIR LA BANDE ANNONCE
 
Mon point de vue : Nous découvrons ici une comédie dramatique d'un genre nouveau qui nous apporte de grandes surprises. Heureusement car 2 h 42, c'est un peu long mais la fin est tellement surprenante qu'on en oublie la grande durée du film.

Cette femme bien installée dans sa vie professionnelle n'accepte pas la venue de son père qui, à la suite d'un souci personnel, lui fait la (mauvaise ?) surprise de perturber son quotidien. C'est un personnage hors du commun qui oscille entre le faux clown et le vrai trublion mais qui dans tous les cas va vraiment déranger cette jeune femme pleine d'ambition. Elle hésite, ses sentiments sont partagés, doit-elle le suivre dans ses délires ou le repousser une bonne fois pour toutes ? C'est l'histoire du film. D'aucuns diront que quelques scènes sont à la limite de la vulgarité, certes, je n'en vois qu'une qui s'intègre cependant assez bien dans la vie particulière de cette femme. On peut également critiquer la façon un peu sous-jouée de la femme d'entreprise et le côté surjoué à l'inverse de ce père parfois maladroit qui en fait quand même un peu trop... Mais au fond, le message est puissant et ce papa a tout à fait raison : il en arrive à la faire douter concernant son opinion assez particulière du bonheur. Le but est atteint...

Intéressant. À voir pour l'avant-dernière scène qui nous montre de façon schématisée à travers une robe fourreau, qu'il existe un espoir de sortir de son carcan ! Bien vu. En tout cas, j'ai bien rigolé ! Et toute la salle également ! Ouverture d'esprit requise ah ah ah...

mercredi 17 août 2016

L economie du couple de Joachim Lafosse

7/10 ★ Fiche de présentation du film :

L'économie du couple

Un film de Joachim Lafosse, avec Bérénice Béjo, Cédric Kahn, Marthe Keller, Jade et Margaux Soentjens, etc
Genre : drame
Durée : 1h40 mn
Sortie en salles le 10 août 2016

Résumé :
Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c'est elle qui a acheté l'appartement dans lequel ils vivent avec leurs deux enfants, mais c'est lui qui l'a entièrement rénové. À présent, ils sont obligés d'y cohabiter, Boris n'ayant pas les moyens de se reloger. À l'heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu'il juge avoir apporté.
 
VOIR LA BANDE ANNONCE
 
Mon point de vue : Brillamment interprété par Bérénice Béjo, le rôle de la femme aussi exaspérée que désespérée nous prend aux tripes. Elle n'en peut plus. C'est fini. Elle ne comprend pas vraiment pourquoi mais elle sait que ce n'est plus possible. Leur couple ne survivra pas aux années à venir. Mais les enfants sont là... témoins des engueulades et des souffrances parentales. Que faire ? Se séparer, c'est évident, mais en respectant certaines conditions. Or le mari ne veut pas céder aux conditions imposées par sa femme.
Bien mené, ce film reflète en effet parfaitement une situation courante et les acteurs sont si bien dirigés qu'on se croirait dans la réalité. Toutes les scènes sont exclusivement tournées dans l'appartement (à part une seule, bien spécifique à la fin), comme si leur douleur était confinée dans ce lieu exclusivement. C'est bien vu ! Car à l'extérieur, on rejoue son rôle dès que la porte se ferme. On n'a pas forcément envie de s'étaler sur ses difficultés perso.

Je regrette simplement que toute la "faute" soit portée par la femme et non par le mari qui apparaît comme le pauvre garçon abandonné et maltraité, le gentil papa omniprésent pour ses jumelles et parfaitement crédible dans son rôle de gentil. Non, on est toujours deux dans un couple et quand ça foire, ce sont les deux qui sont responsables. Ce n'est pas - comme montré ici - le seul choix de l'un des deux et ici en l'occurrence, de la femme qui apparaît comme méchante, mégère et tellement injuste envers le mari qui aimerait tant rester ! Trop facile ! Et puis, quand on n'a pas le choix, on ne fait pas semblant de continuer à vivre ensemble en dormant plus ou moins dans le même lit et en faisant croire aux enfants que - plus ou moins - rien n'a changé ! Ça ce n'est pas vraiment bien traité !
En tout cas, respect, l'interprétation de la souffrance par Bérénice Béjo est inouïe !

mercredi 3 août 2016

La chanson de l elephant - de Charles Biname

9/10 ★ Fiche de présentation du film :

La chanson de l'éléphant

Un film de Charles Binamé, avec Xavier Dolan, Bruce Greenwood, Catherine Keener, etc
Genre : drame
Durée : 1h50 mn
Sortie en salles le 3 août 2016

Résumé :
À la veille de Noël, la disparition soudaine du docteur Lawrence provoque une onde de choc dans l’institution psychiatrique où il exerce. Le directeur, le docteur Green, veut éviter que la nouvelle devienne publique, car l’hôpital a été récemment au centre d’un scandale. Il entreprend alors de questionner Michael, un jeune homme en traitement qui est le dernier à avoir vu le médecin. Malgré l’avertissement de l’infirmière en chef qui connaît mieux que quiconque le patient, celui-ci entraîne Green dans un jeu psychologique qui le trouble profondément.

VOIR LA BANDE ANNONCE
 
Mon point de vue : Connaissez-vous Xavier Dolan, ce jeune prodige né en 1989 (il a donc 27 ans, c'est invraisemblable d'avoir autant à son actif à cet âge-là...) ? Il s'est fait connaître à 20 ans avec "J'ai tué ma mère" et depuis, il nous offre un film par an. Xavier Dolan sait tout faire, il est réalisateur, scénariste, acteur et producteur. Le 21 septembre, il m'offre un cadeau d'anniversaire, son sixième film : "Juste la fin du monde" avec Nathalie Baye, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel et Gaspart Ulliel, un film que j'attends avec grande impatience !


Mais aujourd'hui, Xavier Dolan est acteur dans ce magnifique thriller psychologique qui avait d'ailleurs déjà été brillamment interprété par Jean-Baptiste Monnier au théâtre (vous savez, ce jeune homme qui avait joué le héros des choristes) en 2013.
Xavier Dolan incarne ce jeune homme perturbé qui doit répondre au directeur de l'hôpital, ancien psychiatre, dans une sorte de huit clos, régulièrement perturbé par la sonnerie du téléphone ou l'apparition de la secrétaire... Le jeune homme aime jouer et fait tourner son interlocuteur en bourrique avant de lui avouer sa vérité ou tout du moins la résultante de ses troubles psychiques... La complexité de la situation donne du piquant à l'œuvre, on ne s'ennuie pas. À voir en VO bien entendu !
J'ai trouvé quelques étonnantes ressemblances avec l'énorme film culte "Vol au-dessus d'un nid de coucou", vous comprendrez lorsque vous le verrez, et d'autres similitudes avec "Il faut qu'on parle de Kevin", ce film épouvantable adapté du roman tout aussi effroyable de Lionel Shriver.
On ne ressort pas complètement indemne, mais quel bonheur que de pouvoir être aussi bousculé émotionnellement par le 7ème art ! Je vous le recommande vivement si vous aimez ce style d'œuvres. Je n'emmènerai pas un jeune enfant, ni même un adolescent sensible.

lundi 1 août 2016

L instant present - de Guillaume Musso

7/10 ★ Voici la quatrième de couverture :

"Souviens-toi que l'on a deux vies. La seconde commence le jour où on se rend compte que l'on n'en a qu'une."


Pour payer ses études d'art dramatique, Lisa travaille dans un bar de Manhattan. Elle y fait la connaissance d'Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. En apparence, il a tout pour plaire.
Mais Arthur n'est pas un homme comme les autres. Deux plus tôt, il a hérité de la résidence de son grand-père : un vieux phare isolé dans lequel une pièce a été condamnée. Malgré sa promesse, il a choisi d'ouvrir la porte, découvrant une vérité bouleversante quil lui interdit de mener une vie normale.
Sa rencontre avec Lisa va tout changer et lui redonner une raison d'espérer. Dès lors, Arthur et Lisa n'ont qu'une obsession, déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.



Mon point de vue : Pour l'été, c'est vraiment "THE" roman qu'il faut avoir au pied de son transat au bord de la piscine ou à la mer ! C'est vrai que cet auteur reste quand même le roi du suspense. Pourtant, on n'a pas affaire à du grand niveau littéraire mais on se laisse piéger à chaque fois et on rentre dans le jeu, on se demande vraiment comment il va s'en sortir, comment il va finir ses histoires rocambolesques aussi improbables qu'irréelles mais la chute laisse "sur le cul", y'a pas d'autre expression. Bravo Monsieur Musso, vous excellez dans le domaine et on a bien besoin de ça dans notre quotidien pas forcément joyeux tous les jours ! Quelle originalité ! Très sympa. Très bonne fin !

jeudi 28 juillet 2016

V COURGETTES - POLENTA AU CHÈVRE

V COURGETTES FOURRÉES À LA POLENTA ET AU CHÈVRE
Temps : ★
Difficulté : ♣
Coût : € 
Saveur : ♥♥♥ 

INGRÉDIENTS POUR 3 PERSONNES
- 1 courgette par personne, donc 3
- 1 petite tasse à café standard de polenta en grains
- 1 fromage de chèvre type Pelardon
- 2 œufs
- 1 pincée de cumin
- Sel, poivre

PROGRESSION

- Préparer la polenta. Remplir 3 fois la tasse à café d'eau et verser dans une petite casserole. Saler, ajouter la pincée de cumin et porter à ébullition
- Remplir la même tasse SÉCHÉE préalablement avec des graines de polenta (semoule de maïs)
- Lorsque l'eau bout, verser d'un coup la polenta dans l'eau bouillante et remuer sans cesser jusqu'à l'obtention d'une pâte ferme
- Préchauffer le four à 220°
- Verser la polenta dans un récipient et ajouter les œufs
- Faire légèrement ramollir le fromage de chèvre au micro-ondes par exemple avant de l'incorporer dans la polenta. Réserver
- Laver, rincer et peler les courgettes à moitié (laisser une "barre" de vert sur deux)
- Les évider à l'aide d'une petite cuillère (et garder la chair qui pourra servir une autre fois légèrement poêlée par exemple, accompagnée d'autres légumes si on aime)
- Garnir les courgettes de polenta et disposer dans un plat allant au four
- Enfourner à four chaud et laisser cuire environ 25 à 30 mn. Il faut que le la garniture soit dorée
- Servir chaud en accompagnement de n'importe quel plat de viande ou de salade.

L'association du chèvre et de la polenta avec la courgette mi-cuite est intéressant. J'ai beaucoup aimé ! Je le recommande vivement.

lundi 20 juin 2016

Le code d'Esther - de Bernard Benyamin avec Yohan Perez

6,5/10 ★ Voici la quatrième de couverture :


Enquête sur la prophétie la plus troublante du XXème siècle

16 octobre 1946. À l'issue du procès de Nuremberg, le dignitaire nazi Julius Streicher monte à l'échafaud. Avant d'être pendu, il lance : "Ce sont les Juifs qui vont être contents ! C'est Pourim 1946 !". Stupeur dans le monde. Qu'a-t-il voulu dire ? Il est établi que Streicher fait référence à une fête juive qui commémore les évènements relatés dans un texte biblique vieux de deux mille ans : le "Livre d'Esther". Mais sa déclaration n'en demeure pas moins énigmatique.
Ce fait historique avéré est le point de départ du
Code d'Esther. Une aventure extraordinaire qui va conduire Bernard Benyamin et Yohan Perez de Nuremberg à Jérusalem, et des banques de Zurich à la prison de Landsberg, où Hitler rédigea Mein Kampf. De rencontres en révélations, ils découvriront que le Livre d'Esther recèle un message secret, et qu'il existe entre l'antique royaume perse et l'Allemagne du IIIème Reich des ressemblances défiant la raison.

Cet incroyable scénario, digne des
Aventuriers de l'Arche perdue et de Dan Brown, n'a pourtant rien d'une fiction : tous les faits relatés dans ce livre sont en effet rigoureusement authentiques. Pour percer le "code d'Esther", B. Benyamin et Y. Perez ont mené une longue enquête, interrogé de nombreux juifs et historiens. Au terme de leurs investigations, ils lèvent ici le voile sur la prophétie la plus troublante du XXème siècle.


Mon point de vue : Je n'ai pas grand chose à raconter. Tout est dit dans le résumé de la 4ème de couv'. Il reste à prouver que tous les faits qui - comme le dit l'auteur - sont rigoureusement authentiques et qu'il s'agit bien là d'une véritable prophétie. Des faits sont troublants certes mais je reste dubitative. J'ai lui par ailleurs une analyse intéressante qui sera plus poussée que la mienne. Je vous la soumets. Cliquez ICI

Je précise juste un point que j'ai trouvé vraiment extraordinaire et qui devrait être bien davantage développé dans les romans : la présence de QR Codes qui permet de visionner des images et des vidéos qui correspondent aux pages qu'on est entrain de lire. Et ça, c'est absolument magique. Il suffit d'être équipé d'une application qui les lit et les traduit. C'est vraiment révolutionnaire.

jeudi 16 juin 2016

L ideal - de Frederic Beigbeder

6,5/10 ★ Fiche de présentation du film :

L'Idéal


Un film de Frédéric Beigbeder, avec Gaspard Proust, Audrey Fleurot, Jonathan Lambert, Olivier Broche, Jérôme Niel, etc
Genre : comédie dramatique
Durée : 1h30 mn
Sortie en salles le 15 juin 2016

Résumé :
L'ancien concepteur-rédacteur Octave Parango de « 99 francs » s'est reconverti dans le "model scouting" à Moscou. Cet hédoniste cynique mène une vie très agréable dans les bras de jeunes mannequins russes et les jets privés de ses amis oligarques... jusqu'au jour où il est contacté par L'Idéal, la première entreprise de cosmétiques au monde, secouée par un gigantesque scandale médiatique.

Notre antihéros aura sept jours pour trouver une nouvelle égérie en sillonnant les confins de la Russie post-communiste, sous les ordres de Valentine Winfeld, une directrice visuelle sèche et autoritaire.

Entre les réunions de crise à Paris, les castings à Moscou, une élection de Miss en Sibérie, une fête chez un milliardaire poutinien et une quête des "new faces" aux quatre coins de l'ex-URSS, le fêtard paresseux et la workaholic (= bourreau de travail) frigide vont apprendre à se supporter et peut-être même à se sauver.


VOIR LA BANDE ANNONCE
 
Mon point de vue : J'ai attendu ce film avec impatience, je m'attendais à un effet déjanté, au-delà du réel et volontairement ambigu. En effet, nous frôlons le grand n'importe quoi et le sujet a voulu être traité volontairement avec excès pour déranger, bousculer, dénoncer la frénésie envers la mode et la consommation outrageuse, tout en restant "politiquement" correct pour que le film puisse rester visible par le "tout public". Pas de scènes de cul, juste des suggestions.


Audrey Fleurot crève l'écran. Elle joue merveilleusement bien et on ne peut qu'adorer sa prestation. Gaspart Proust répond à la demande avec brio et Jonathan Lambert en "monsieur/madame" est vraiment amusant, perché sur ses talons de 10 cm de haut ! On reconnaît Jérôme Niel (les tutos qui m'avaient tant fait rire) excellent dans le rôle du policier et l'ancien des Deschiens qu'on est ravis de revoir...

Mais est-ce parce que Monsieur Beigbeder n'a jamais pris un cours de cinéma qu'il y a quelque chose qui pêche ? Le film tient la route mais il lui manque ce petit quelque chose qui fait qu'on ne rigole pas, pas assez, pas vraiment. Et on devrait ! J'ai travaillé dans les cosmétiques, j'ai fréquenté "ces gens-là" et plus particulièrement les fameuses attachées de presse (on les appelait comme ça à l'époque) aussi délirantes qu'excessives, je COMPRENDS ce qu'il a voulu pointer du doigt, mais on ne rit toujours pas. J'ai pourtant apprécié le langage très actuel "mais enfin ? tu n'as pas un jpeg à nous montrer ?" adapté à notre quotidien en citant également les Apple Watch, SnapChat, Instagram, Tinder et j'en passe... Que vont comprendre les plus de 60 ans ? Et les non-parisiens ? J'ai un doute. Mais ce film a le mérite d'exister. Le 7ème art permet justement ce genre de délire et je suis contente d'être allée le voir malgré tout. Cependant je me pose une question... Je vous ai rencontré au salon des écrivains à Fuveau il y a deux ans, j'ai acheté votre livre, vous me l'avez dédicacé et nous avons pu parler quelques minutes. Je ressens une douleur au travers de vos écrits, de vos images, de votre montage, de l'ensemble de votre œuvre. Elle pointe le bout de son nez derrière les visages de vos acteurs brillants. Me trompé-je ? Peut-être que ces émotions qui vous font vaciller parfois, vous permettent de nous gâter ainsi après tout... Mais... Monsieur Beigbeder ? Êtes-vous heureux ?


Je suis tombée sur une interview intéressante de notre ami Frédéric Beigbeder. Je vous la soumets si ça vous dit.

jeudi 2 juin 2016

Un homme à la hauteur - de Laurent Tirard

5/10 ★ Fiche de présentation du film :

Un homme à la hauteur

Un film de Éric Lavaine, avec Jean Dujardin, Virginie Efira, Bruno Gomila, etc
Genre : comédie romantique
Durée : 1h38 mn
Sortie en salles le 4 mai 2016

Résumé :
Diane est une belle femme. Une très belle femme. Brillante avocate, elle a de l'humour et une forte personnalité. Et comme elle vient de mettre un terme à un mariage qui ne la rendait pas heureuse, la voilà enfin libre de rencontrer l'homme de sa vie.

Le hasard n'existant pas, Diane reçoit le coup de fil d'un certain Alexandre, qui a retrouvé le portable qu'elle avait égaré. Très vite, quelque chose se passe lors de cette conversation téléphonique. Alexandre est courtois, drôle, visiblement cultivé... Diane est sous le charme. Un rendez-vous est rapidement fixé.

Mais la rencontre ne se passe pas du tout comme prévu…


VOIR LA BANDE ANNONCE
 
Mon point de vue : Alors ... Comment dire ? Un seul mot me vient à la bouche, c'est (hélas) : ÉCHEC. Ce film est un échec total. J'ai ris. À de fréquentes reprises. Et sincèrement... Pour les gags prévisibles car je suis bon public... Mais tout ça est faux ! Grâce à ces deux grands acteurs, on profite de la comédie. J'ai beaucoup aimé le gag du chien (c'est très premier degré, j'admets, mais à chaque fois, ça m'a fait rigoler), j'ai également aimé la grimace de la chirurgie esthétique (un détail de 3 secondes dans le film) ou encore les clichés standards qui marchent à tous les coups.
Mais alors y'a vraiment un truc qui ne passe pas c'est l'exploitation de "la différence" ! Que ce soit pour les nains, les handicapés, les noirs, les femmes, les autistes ou les gays... Je ne sais pas, au hasard quoi... Je crois que le réalisateur ne connaît vraiment pas son sujet ! Il manque l'émotion - indispensable - qui devrait se dégager de ce film, il manque le côté "vrai". Tout est bidon. Ça sonne faux. Ça ne sert à rien. Si j'ai mis 6 sur 10, c'est parce que les acteurs sont vraiment bons. Mais on n'y croit pas, la mayonnaise ne prend pas. Et c'est quoi c'est histoire d'amour à la con ? Quand on ne CONNAÎT PAS un sujet, il vaut mieux éviter de le traiter. J'ai même envie de dire qu'il y a un côté malsain ou plutôt irrespectueux, dans la façon dont Jean Dujardin a été dirigé lorsqu'il monte ou descend d'un fauteuil ou d'une chaise et le pire, c'est la scène ou il reste accroché à l'armoire. Quelle honte ! C'est vrai, avec le recul, j'en veux presque au réalisateur. Je vais peut-être baisser ma note en fait... Et la fin est tellement bidon... En plus, la bande annonce était trompeuse. Enfin, celle que j'ai vue, car celle que je publie ici n'est pas la même.


Ce que je ne comprends pas c'est que Laurent Tirard a réalisé "Molière" avec Romain Duris, Edouard Baer et Fabrice Luchini, un film incontournable ! Un chef d'œuvre... Comment a-t-il pu autant se tromper avec "Un homme à la hauteur" ?! Ah si, rendons à César... La réalisation technique est assez bluffante, il faut le reconnaître !

mercredi 1 juin 2016

Retour chez ma mère - de Eric Lavaine

8,5/10 ★ Fiche de présentation du film :

Retour chez ma mère

Un film de Éric Lavaine, avec Josiane Balasko, Alexandra Lamy, Mathilde Seigner, Jérôme Commandeur, Didier Flamand, Philippe Lefebvre, etc
Genre : comédie
Durée : 1h37 mn
Sortie en salles le 1er juin 2016

Résumé :

Aimeriez-vous retourner vivre chez vos parents ?

À 40 ans, Stéphanie est contrainte de retourner vivre chez sa mère. Elle est accueillie à bras ouverts : à elle les joies de l'appartement surchauffé, de Francis Cabrel en boucle, des parties de scrabble avec les copines et les précieux conseils maternels sur la façon de se tenir à table et de mener sa vie... Chacune va devoir faire preuve d'une infinie patience pour supporter cette nouvelle vie à deux. Et lorsque le reste de la fratrie débarque pour un dîner, règlements de compte et secrets de famille vont se déchaîner de la façon la plus jubilatoire. Mais il est des explosions salutaires. Bienvenue dans un univers à haut risque : La famille !


VOIR LA BANDE ANNONCE
 
Mon point de vue : Je ne pensais pas que la salle serait aussi remplie, ça commençait bien et je n'aurais pas imaginé autant rire. Je craignais que ce soit peut-être un peu lourdingue mais pas du tout. La prestation d'Alexandra Lamy est extraordinaire et on ne dira rien de Josiane Balasko brillante dans son rôle de maman, un pur délice. Jérôme Commandeur comme souvent excellent dans le rôle du niais et Mathilde Seigner absolument délicieuse en râleuse épouvantable ! J'en aurais même rajouté au moment du grand moment des reproches ! Ils ont trop été ... "retenus" à mon sens ! Il manquait un peu de vaisselle explosée...

Ce n'est que du bonheur ! Une rigolade tout du long. Certes, un peu cliché comme diraient certains mais la vie quotidienne de la famille n'est-elle pas qu'un gros cliché ? Franchement j'ai adoré, je me demande même si je ne retournerai pas le voir. À conseiller si vous voulez oublier votre quotidien pendant une heure et demi ! Ou... se moquer de celui des autres car qui ne se retrouve pas là-dedans ?