L etranger - de Albert Camus

9,5/10 ★ Voici la quatrième de couverture :

"Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s'est ouverte, c'est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j'ai eue lorsque j'ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n'ai pas regardé du côté de Marie. Je n'en ai pas eu le temps parce que le président m'a dit dans une forme bizarre que j'aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français."

Monsieur Camus... Prix Nobel de Littérature en 1957. Je n'aurais jamais pensé relire ce livre mais mon fils passe son bac cette année. Il rechignait à le lire. J'ai pensé l'aider et j'ai tellement apprécié de relire un roman aussi talentueux. Je l'en remercie en fait ! Je m'incline devant tant de talent ! Je ne sais comment décrire ce petit livre qui contient tant d'informations bouleversantes... Tout d'abord, aucune émotion n'est citée alors que les faits cités entraînent obligatoirement une émotion qui est volontairement occultée. Il s'agit d'une tranche de vie simple qui est exploitée simplement, comme ... épluchée si j'ose m'exprimer ainsi. On retire tout subterfuge. On prend les faits tels qu'ils se présentent et on les conte sans fioritures, brutes de décoffrage, et on les cite en courtes phrases. Mais ce qui est invraisemblable, c'est la puissance des faits, l'émotion (du lecteur exclusivement) qui ressort de cette histoire assez banale. On n'oserait pas dire qu'on ne sait pas si veut se marier car on ne s'est pas posé la question... mais qu'on veut bien, après tout, pourquoi pas... On n'oserait pas dire qu'on ne ressent rien au décès de sa mère et qu'on préfère apprécier le café au lait qu'on adore plutôt que de se lamenter sur une émotion qu'on ne vit pas... On n'oserait pas dire qu'on ne regrette pas d'avoir commis un acte répréhensible. Tout est pur. Tout est innocent (d'apparence bien entendu)... C'est de la grande littérature. Je vais peut-être m'intéresser à Camus et relire quelques uns de ses romans cultes qu'on m'a obligée à lire quand j'étais au collège ou au lycée et que je n'ai - bien entendu - pas pu apprécier à leur juste valeur !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

V SEBASTE PROVENCALE AU FOUR

V POULET CUIT DANS LA BRAISE

V TUILES DE PAIN