"La couleur des sentiments" Kathryn Stockett

6,5/10  Voici la quatrième de couverture :

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Abileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s'enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s'exiler dans un autre État, comme Constantine, qu'on n'a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l'ont congédiée.

Mais Skeeter, la fille des Phelan, n'est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s'acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux, est partie sans même lui laisser un mot.

Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Nous découvrons ici un livre tendre, une histoire inspirée d'une expérience personnelle, un gentil roman, quelque chose de sympathique à lire. Mais l'écriture un peu "fouillis" qui traîne un petit peu en longueur m'a légèrement déçue. Les sentiments exprimés sont retenus. Je pense que l'auteur n'a pas su retranscrire la souffrance de ses femmes noires qui ont donné leur vie pour élever des enfants blancs avec amour, qui ont même tout donné, jusqu'à se priver de leurs propres enfants, en veillant à ne pas recevoir pour se protéger. On sent que l'auteur a voulu bien faire en voulant écrire l'admiration qu'elle avait pour toutes ces bonnes mais elle reste étrangère, en-dehors de leur condition. Il serait intéressant qu'une ancienne bonne qui a exercé plusieurs années au sein d'une famille blanche ait la possibilité d'écrire son histoire avec ses propres mots et son propre ressenti. On en attend davantage, on se laisser porter par l'histoire mais on y reste étranger. 


J'apprends aujourd'hui que le film vient d'obtenir 4 nominations pour la 84ème cérémonie des Oscars 2012. Je regrette un peu de ne pas être allée le voir. Les critiques que j'avais vues n'avaient pas été brillantes. J'ai eu peur de tomber dans un mélo. Puis lorsque l'on m'a prêté le livre, il m'a été proposé de le lire avant d'aller voir le film. Pourquoi pas ? Mais je le pensais plus captivant. On verra ce qu'il en est du film lorsque je le verrai... À suivre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

V SEBASTE PROVENCALE AU FOUR

V POULET CUIT DANS LA BRAISE

V FRESSURE DE CHEVREAU